Mots-clefs

, , , , , ,

  Malgré les frimas tenaces, on sent arriver cette période de l’année où on s’éloigne des  radiateurs et où manches et jupes raccourcissent. Ce qu’il y a de plus parisien à Paris s’apprête, comme toujours, à éprouver son pouvoir à déplacer dans son sillage le centre du monde en allant se pavaner au festival de Cannes, au tournoi de Juan-les-Pins et au grand prix de Monaco. Le bridge va ainsi vivre les beaux jours au rythme de ses festivals de plage qui scintilleront d’autant plus que l’année est un peu creuse question compétitions de haut niveau. Il y aura bien les Championnats du monde en septembre à Bali mais encore une fois sans équipe de France qualifiée pour la Bermuda Bowl; dans la Venice Cup et la d’Orsi Senior Bowl, nos féminines et nos vétérans essaieront quand-même de porter au plus haut les couleurs nationales. Ne parlons pas des prochains Championnats d’Europe en « carton » à Ostende en juin où seront généreusement distribuées, ou plutôt devrait-on dire vendues à prix d’or, des médailles en toc, à ceux qui auront fait le déplacement.

  Ces derniers temps, l’actualité était tès dispersée: la Vanderbilt à St Louis a donné lieu à beaucoup de palabres avec une élimination sur tapis vert de l’équipe monégasque et la victoire surprise d’une méritante équipe scandinave boostée par la toujours dynamique Sabine Auken. Au Japon, les 2 grosses épreuves de prestige (NEC et Yeh-Bros) ont souri aux russes et aux bataves. Et les Bessis, bien épaulés par Fantoni-Nunes ont conservé leur titre de Champions d’Italie, face à une forte opposition qui comprenait, entre autres, quelques autres paires françaises.

  L’actualité Roquibridge, ce sont les habituels problèmes de carte à un rythme qui s’efforce de rester bimensuel (A TABLE). Un essai de vulgarisation de la Loi des Grands Nombres (LGN) qui pourrait aider le bridgeur lambda à se défaire de l’idée qu’avec sa noirceur d’encre, il ne lui sert à rien de faire des impasses qui ne réussissent qu’aux autres. Et aussi le coup d’épuisette traditionnel (POISSONS) quand le mois de mars laisse la place au suivant dans le calendrier.

Publicités