Mots-clefs

, , , ,

En cette période de début d’année il n’y a jamais de championnats internationaux et l’actualité se résume au train-train des compétitions nationales et aux tournois internationaux plus ou moins prestigieux. On peut faire la comparaison avec le cyclisme et ses criteriums, avec le tennis et ses exhibitions ou avec l’athlétisme et ses meetings. Le bridge dispose aussi de ses grands tournois, qu’ils soient Open ou sur invitation et il faut se réjouir que le mouvement se soit amplifié depuis une vingtaine d’années. Il s’agit véritablement d’un circuit auquel participent régulièrement les meilleurs joueurs du monde entier. Les français ont été plus longs à s’y mettre; jusqu’à il y a peu, ils étaient totalement absents, soit qu’ils soient trop pris par les compétitions nationales, soit qu’il leur manquait un peu d’esprit d’initiative pour se lancer dans l’inconnu; mais désormais le pas semble pris et on voit des représentants de l’élite française se frotter au reste du monde, y compris dans les 3 nationaux US du calendrier et y obtenir de bons résultats. Ces compétitions sont bien les endroits où, aujourd’hui, il faut se montrer et si, en plus on y brille, on va y acquérir de la notoriété, des sous et de l’expérience internationale. Ensuite, c’est une spirale vertueuse: on progresse, on s’habitue au style de jeu des autres, on comprend qu’on peut s’en inspirer sur certains points et on arrive à se faire enrôler dans de riches équipes multinationales.
Ces derniers temps, les Bessis père et fils se sont produits au huppé tournoi « aux enchères » de Londres, qu’ils ont brillamment gagné; ensuite ils étaient encore au tournoi « sur invitation » de Copenhague pour un résultant presqu’aussi probant: 2es. Entre temps, il y a avait le tournoi par équipe de Reyjkavik: 3e place pour Pilon-Toffier, Thuillez-Libbrecht. Et aussi un autre tournoi par équipe, celui de Moscou où l’équipe de Monaco, bien que très mixte avec une seule des paires de sa formation-type, a triomphé dans un champ là-aussi très relevé. A suivre dans les semaines à venir: le national US à St Louis avec surtout la Vanderbilt, puis le tournoi NEC à Yokohama.
Si vous êtes venus naviguer dans les parages, c’est sûrement avec l’intention de feuilleter les pages voisines du site. Au cas où vous connaîtriez déjà tout ce qui s’y trouve depuis un certain temps, sachez, pour ne pas perdre trop de votre temps, que les nouveautés 2013 sont une proposition de défense (contre les ouvertures de bicolores majeurs), (cf. SYSTEMES) et la suite des aventures romanesques de Jules, le héros favori de la communauté bridgesque francophone (cf. LECTURES). Enfin, les problèmes bi-mensuels en sont déjà au numéro 39 (cf. A TABLE).

Publicités