Étiquettes

, , ,

lundi 20 juin

Le réveil sonne à 8h comme dab. Le soleil a déjà pris ses aises, plus de nuages. On va attaquer une nouvelle journée à 3 matchs, avec des oppositions qui devraient être plus féroces que celles de la veille. Une incertitude avec François Stretz qui se sentait patraque hier soir; on va bien voir comment il se porte ce matin, en espérant pouvoir continuer à évoluer à effectif complet. Un petit tour des popotes alors qu’on a dépassé la moitié du championnat: les 4 équipes de France visent la qualif dans les 8 pour le mondial 2023, Dames et Senior sont à la lutte autour de cette 8e place, l’Open est un peu à la peine mais vit encore d’espoir, alors que le Mixte caracole en tête et vise carrément le titre. Les nouvelles de l’infirmerie tombent et elles sont mauvaises: François a bien le Covid et il se retrouve à l’isolement; on va jouer les 3 matchs avec 4 joueurs fixes et on craint que ce soit la même chose jusqu’au bout. On commence par le Portugal, supposé être le match le plus facile du jour mais cela ne tourne pas très bien, on commet quelques approximations et on gagne petitement de 7; suit la Suède, adversaire redoutable, avec notamment un vieux de la vieille, Morath toujours aussi appliqué et impassible, qui donne l’impression de ne jamais rien faire à la légère mais cette fois nous sommes plutôt poussés par le vent, inspirés et assez solides, ce qui se traduit par une bonne victoire de 15 IMP. Enfin, inspirés, pas toujours: jouant 3P avec 102 pour R98764, j’ai réussi à perdre 5 levées d’atout alors que la couleur était 3-2 avec l’As placé. C’était le match où il y avait des coupes à faire, sur une autre donne je joue 4C avec 5 coeurs et 5 piques alors que le mort a 4 atouts: patatras 2 de chute, il fallait jouer 3SA mais, comme on pouvait l’espérer, ces coups n’ont pas fait d’écart. On boucle la journée sur une fausse note, contre Israël; la série s’arrête car on perd lourdement de 30; ce n’était pas parfait chez nous avec quelques coups douteux mais aussi des erreurs adverses qui devraient compenser mais nos homologues de l’autre salle fakirisent nos partenaires: un chelem foireux qui rentre, ils appellent les manches qui gagnent et évitent soigneusement celles qui chutent. On reste donc à la limite du précipice: 8e avec une équipe menaçante à nos trousses. Fortunes diverses pour la délégation française: l’équipe mixte est en tête et va jouer le titre, les Dames jouent la qualif et sont en position favorable pour rester dans les 8; en revanche pour l’Open, à l’issue d’une journée noire (17 points sur les 4 derniers matchs), c’est carrément râpé. Ce soir, nous sommes allés manger ensemble près de l’hôtel, mais seulement avec les valides, même notre capitaine n’est pas bien portant et nous l’avons à peine vu de la journée, puis nous sommes rentrés tôt pour refaire les forces dont nous aurons grand besoin pour, en principe, enchaîner les 5 derniers matchs sans pouvoir tourner.