Solution 89

solun89Bon, on est menacé de perdre une levée dans chaque couleur, ce qui fait une de trop. A pique, c’est irrémédiable; à l’atout, ça dépend, mais on ne maîtrise pas la situation; à carreau, on est déjà bien content d’y avoir reçu l’entame mais on ne va pas échapper à la perte d’une levée. A trèfle, on est enfin un peu plus maître de son destin et c’est bien cette perdante qu’on va s’efforcer de faire disparaître, une fois qu’elle n’a pas été dévoilée à l’entame. Elle peut être effacée de 2 manières, soit défausser un trèfle de Sud sur un pique affranchi en Nord mais pour cela il faudrait surmonter 2 écueils: d’abord une répartition assez favorable des piques, ensuite une remontée au mort qui risque de ne plus être disponible au bon moment si l’adversaire a le temps de faire sauter l’As de trèfle; soit défausser un trèfle du mort sur un carreau de Sud puis couper un trèfle au mort avant que ses atouts aient disparu, ce qui va poser aussi quelques problèmes de communications mais moins insolubles, ce qui doit orienter le choix sur cette 2e solution. Reste à peaufiner le minutage: le déclarant prend la dame de carreau de l’As, tire par précaution (?) un tour d’atout puis rejoue carreau pour affranchir son 10; Est prend du roi et renvoie trèfle; on essaie la dame mais elle est couverte du roi; le mort prend de l’As, on rentre en main au roi de coeur, le mort défausse son autre trèfle sur le 10 de carreau puis coupe un trèfle et le tour est joué. Parfait? sauf qu’il y a un os: si lorsqu’il prend la main, Est, peu conciliant, rejoue atout au lieu de trèfle, ce qui paraît illogique, mais pourtant! le déclarant est en grand danger: s’il prend du roi et qu’Ouest défausse, c’est cuit: 10 de carreau pour défausser le trèfle, puis As de trèfle et il ne peut plus rentrer dans sa main directement, ce qui laisse à Est le temps de purger le dernier atout du mort; si le déclarant fait l’impasse à coeur et qu’elle échoue, c’est presqu’aussi grave: Ouest rejoue trèfle et si le roi est à droite, on n’a plus le timing non plus pour défausser le trèfle du mort.
La conclusion s’impose: il faut jouer carreau dès la 2e levée sans donner le moindre coup d’atout et là, on a le champ libre pour réaliser toutes les manoeuvres nécessaires sauf répartitions abracadabrantes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s