Solution 68

solun68On sait ce qui se passe à pique (3 petits chez le déclarant) et à trèfle (tous les atouts restants chez le déclarant). Dans les rouges, on sait moins, si ce n’est que le déclarant doit y avoir beaucoup de matériel mais pas assez pour y affranchir des levées au mort vu ce qu’on voit dans la main de Sud. Le constat à faire est que le déclarant a 2 piques à perdre et que pour son 3e pique, il n’a d’autres solution que de le couper au mort. On pouvait espérer le gêner avec nos 5 atouts mais c’est compromis: il pourra les purger puisqu’il est maître 5 fois et il devrait avoir suffisamment de reprises en main à carreau et à coeur pour parvenir en plus à couper un pique. Pour empêcher cette coupe, il aurait fallu donner rapidement 3 tours d’atout mais une fois qu’on a manqué l’entame atout, c’est trop tard. Et pourtant, en jouant atout, si on n’arrive plus à s’opposer à la coupe au mort, on peut quand-même faire en sorte qu’elle se réalise dans de mauvaises conditions.
A la 2e levée, Sud joue atout, un gros pour obliger l’adversaire à consommer un de ses atouts maîtres, et même le plus gros (le 9) pour signaler par la même occasion au partenaire un intérêt pour les piques. Le déclarant prend avec le 10 du mort et découvre la mauvaise répartition en voyant Nord défausser un pique. Comme il ne peut faire autrement que de couper un pique, il rejoue le 2e pique du mort. A ce stade, Nord doit comprendre que son partenaire lui a signalé une grosse carte à pique, se dire que le déclarant aurait essayé de jouer 3SA s’il avait eu la dame de pique, et se rendre compte que jouer atout peut présenter un certain intérêt, chose que seul Sud est en mesure de faire; bref, Nord ne plonge pas de l’As de pique, pour laisser Sud faire la levée de la dame. Ensuite un 2e tour d’atout (toujours un gros, le 8) donne le coup de grâce: si le déclarant prend chez lui, de l’As, il devra couper son pique du roi et cela permettra finalement à Sud de faire une levée d’atout avec son 7; et si le déclarant prend avec le roi du mort, Sud pourra couper le 3e pique plus haut que le mort. Une curieuse façon de promouvoir un atout: en jouant soi-même atout. Evidemment si Sud avait fait un autre flanc, le mort aurait pu couper économiquement, du 5, le 3e tour de pique ou surcouper si Sud avait essayé de lui couper devant le nez. Et ensuite, le déclarant aurait fait l’impasse à la dame de carreau, purgé les atouts et empoché le reste des levées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s