avril 2014

Tous les sens

Le progrès, c’est un lieu commun, ne s’arrête jamais et surtout dans les technos nouvelles. On a vu arriver récemment les fabuleuses imprimantes 3D, espèces de machines-outils domestiques qui vous permettent, d’un simple clic sur votre PC, de fabriquer la petite pièce biscornue indispensable pour réparer la chasse d’eau défaillante de vos chiottes. L’étape suivante, déjà testée en labo, consiste a étendre aux 5 sens la télétransmission. L’ouïe et la vue, c’est maîtrisé depuis longtemps, maintenant on transporte aussi les 3 autres, odorat, goût et toucher, à travers internet évidemment pour que tout le monde puisse en profiter et pour trouver des prétextes à faire circuler encore plus de giga, tera, peta, exa-octets.
Sur ce coup, BBO est en pointe et se prépare même à devancer tous les sites pornos pour accroître la satisfaction des joueurs on-line. Les principaux reproches formulés à l’égard du télé-bridge sont le manque de contact humain et l’absence de la dimension « présence de table ». L’idée, dans un premier temps, est de permettre (évidemment en option, pour ceux qui choisiront d’activer cette fonctionnalité) de transmettre des données sur l’état physiologique des joueurs. Cela demande un équipement rudimentaire qui existe déjà à l’état de prototype: des souris améliorées, munies de capteurs mesurant température et moiteur de la main du joueur qui l’actionne. Ces données sont numérisées et transmises, uniquement aux adversaires bien sûr pour des raisons d’éthique, par le serveur central de BBO. Ce n’est finalement pas très compliqué techniquement, moins que la numérisation et le transport des odeurs qui sont par ailleurs déjà maîtrisés mais qui demandent des équipements plus perfectionnés pour être restitués aux récepteurs (cf. articles sur ce sujet, aux liens qui suivent)
http://www.maddyness.com/startup/idee-business-startup/2013/11/12/ophone-odorat-smartphone/
https://www.epresse.fr/magazine/01-net/2014-01-09
http://www.liberation.fr/economie/2014/01/26/le-net-monte-au-nez_975617
Après le son et l’image puis la température et l’humidité, on peut imaginer qu’apparaîtront encore d’autres capteurs, mesurant les tremblements (une vitesse, c’est assez facile à mesurer, et il faudra simplement filtrer l’effet Parkinson), la fréquence cardiaque (il suffit d’équiper les joueurs de simples cardios que tous les sportifs utilisent déjà depuis 30 ans), le niveau d’imprégnation alcoolique (trop facile! l’éthylomètre est en vente libre dans les monoprix), la rougeur des joues, la rigidité des poils,…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s