Étiquettes

, , ,

Mercredi 22 juin

On arrive au bout. Au réveil, le malade est toujours malade et on va donc finir à 4. Tout le monde a fait ses petits calculs mais ce ne sont que des supputations et la réalité, c’est que comme toujours, il va falloir s’accrocher, éviter les âneries et, à l’arrivée, il sera temps de regarder le classement. On commence contre la Suisse, ce ne sont pas des foudres de guerre et d’ailleurs ils finiront derniers; rien de bien folichon ne se présente, quelques petits bons coups avec l’aide adverse, et aussi un peu de déchet et de suractivité néfaste: une mauvaise partielle à 3K, un contre de 5T qui gagne et que l’adversaire n’aurait peut-être pas appelé sans y avoir été poussé. Cela se conclut par une modeste victoire de 12 sans aucun swing à 2 chiffres. Le dernier match est contre les hollandais et c’est plus ou moins en KO mais avec handicap: il nous faut les battre de 24 pour leur piquer la 8e place. A notre table, ça se passe plutôt bien, aucun mauvais coup, quelques loupés adverses et 2 ou 3 coups plutôt chanceux; hélas, à l’autre table, nos homologues hollandais n’ont pas craqué, les coups qui auraient pu être rémunérateurs ont été égalisés sauf un et nos partenaires ont poussé une manche sans espoir. On gagne le match de 2, ce qui est bien insuffisant et on reste à la 9e place. Pendant ce temps, les dames ont obtenu la 5e place de leur épreuve, l’Open a échoué à la 15e et le Mixte a brillamment remporté le titre. Les polonais sont les stars du championnat, leurs 4 équipes sont rentrées dans les places qualificatives et 2 d’entre elles ont raflé le titre. Le titre suprême, celui de l’Open, est revenu aux hollandais qui, après un départ fulgurant, ont résisté de justesse au retour des (néo)suisses. Il ne reste plus qu’à aller se montrer à la cérémonie de clôture, à remballer ses petites affaires et à se lever à potron-minet demain matin pour rentrer au bercail.