Étiquettes

, , , , , , ,

 

Le bridge c’est un peu l’éternel recommencement; chaque année, on reprend plus ou moins les mêmes compétitions en repartant de zéro. Le pompon, c’est la Coupe qui pour tout le monde (enfin quasiment) se termine invariablement par une amère défaite. La répétition permet aussi à presque tout le monde d’arriver à la longue par être champion de quelque chose. Bon, il a déjà coulé un peu d’eau sous le pont depuis que j’évoquais il y a quelques semaines l’entame de la saison. Les Championnats du monde de Bali (les vrais de vrai avec Bermuda et Venice) sont passés. Après les regrettables incidents diplomatiques qui ont empêché d’y venir plusieurs équipes qui avaient gagné, cartes en mains, le droit d’y participer, on peut déplorer que les autorités de la WBF aient étouffé l’affaire en adressant des éloges dithyrambiques aux organisateurs locaux pour la qualité exceptionnelle de leur accueil. On ne peut, revanche de l’histoire, que se réjouir du Happy End qui a vu l’israëlo-italo-américaine Zur Campanile remporter la Venice Cup avec l’équipe des USA et jubiler tout en haut du podium après avoir connu les pires difficultés pour parvenir sur le site au dernier moment à l’issue d’un parcours semé de doutes et d’embûches à travers le continent asiatique.

L’épreuve Open, la Bermuda Bowl, qu’on attendait plus disputée, a vu le triomphe des italiens qui n’ont fait qu’une bouchée des pourtant redoutables monégasques, polonais ou hollandais; elle a vu aussi l’avènement de Madala. On l’avait découvert quand, petit prodige de 12 ou 13 ans, il était dèjà dans l’équipe nationale argentine, avec des partenaires légèrement plus âgés (cf. à ce sujet la photo d’en tête du site Roquibridge) et semblait doué pour tout, sportif, bon élève à l’école et poli avec ça. Ensuite il s’est focalisé de plus en plus sur le bridge, ce qui l’amènera peut-être un jour à regretter de ne pas avoir exploité ses talents dans d’autres domaines, il a été pris sous l’aile protectrice de la seniora Lavazza, a émigré en Italie et a été adopté par les meilleurs joueurs italiens jusqu’à se fixer comme partenaire de Norberto Bocchi quand celui-ci a cessé de jouer avec Duboin. Jusque-là ils avaient eu des résultats mitigés mais depuis cette année on peut dire qu’ils ont trouvé leur unité, que l’harmonie de leur paire est parfaite. Ils gagnent tout, sont sûrs d’eux et ont certainement dépassé Meckwell et Fantunes le nec plus ultra de l’élite mondiale. Je me demande si quelqu’un a vu Augustin Madala faire une bétise cette année.

Chez nous, l’automne a vu les premiers tours de la Sélection pour former l’équipe de France Open aux prochains championnats d’Europe et on peut dire que ce n’est pas jojo; le niveau général est disons médiocre et le bridge pratiqué est étriqué, tout le monde joue à peu près de la même manière et du coup affiche les mêmes lacunes dans les mêmes situations, ce qui conduit à ce qu’elles passent inaperçues, les mauvais coups se répétant à la plupart des tables, ce qui ne conduit personne à essayer de corriger ses manques ; quand on regarde les protagonistes sur BBO, on est déçu de ce qu’on voit et démoralisé quand on se dit qu’on n’a pas été soi-même capable d’atteindre ce stade de l’épreuve. Le contraste est saisissant quand on peut voir, le même jour sur BBO, la Coupe d’Europe surtout si on zappe entre le match des italiens et une table de Sélection. Après tout si les 2 épreuves ont lieu en même temps c’est bien parce que la France n’a pas réussi à se qualifier pour la Coupe d’Europe. Cette Coupe d’Europe des clubs qui a vu, sans surprise, les italiens, avec Bocchi-Madala, se balader, se déroulait en Croatie dans la station balnéaire d’Opatija sur la côte istrienne, site qui semble avoir adopté le bridge puisqu’il abritera encore la même épreuve l’an prochain et aussi les Championnats d’Europe par 4 au printemps.

Si vous voulez découvrir les nouveautés du site sans avoir besoin de le balayer de haut en bas (il commence à y avoir pas mal de volume!) sachez que les problèmes de cartes paraissant à peu près tous les 15 jours en sont au n° 56 (rubrique TECHNIQUE … A TABLE), que vous pouvez trouver le lien (rubrique TECHNIQUE … SYSTEMES) vers un système à relais, déjà ancien, le Symmetric Relay, qui a la particularité d’utiliser des développements très répétitifs propres à faciliter la mémorisation. Enfin, le manuel scolaire d’exercices de maths ayant pour thème le bridge, est paru et les liens pour y accéder se trouvent dans la rubrique BIBLIO. En rubrique FORMATION, pour rafraîchir la mémoire de ceux qui pourront dire « j’y étais » et pour donner des idées à ceux qui y seront peut-être une prochaine fois, quelques extraits du stage Aspet 2013.

Publicités