Alors qu’en cette fin janvier, l’hiver commence à vraiment ressembler à un hiver, les compétitions nationales se succèdent, comme chaque année, avec leur lot d’émotions relatives pour les participants à tous les niveaux. Fierté ou déception d’avoir été classé devant ou derrière son ennemi intime, son voisin de palier ou son héros de toujours; qualification arrachée de haute lutte pour poursuivre une exaltante aventure quelques semaines encore ou consolation de se dire qu’on pourra aller aux champignons le prochain week-end.
Sur le plan international, c’est la période creuse; il faut attendre le printemps pour le prochain grand rendez-vous international, le NABC de Memphis avec son prestigieux Vanderbilt. D’ici là, Yokohama accueillera quelques grosses équipes venues d’un peu partout pour le tournoi NEC qui brille depuis longtemps par la qualité de son organisation et de sa couverture médiatique: les bulletins quotidiens de Colker et Rigal (qui a pris la succession de Kokish) sont des joyaux, à des années-lumière au-dessus des insipides Daily Bulletins des nationaux US.
Chez nous, la phase finale du Championnat de france (1/2 finales et finale de la DN1) vient de se dérouler sur 3 jours. Une nouvelle fois, les hyper-favoris (l’équipe Zimmermann avec ses stars Fantoni-Nunes) ont mordu la poussière et contre les mêmes que l’an dernier (Laffineur), èquipe comprenant 2 amateurs entourés de 4 grosses pointures françaises. Pour tout dire, le niveau de jeu a été assez médiocre.
Le groupe France, de son côté, poursuit sa préparation en vue des Championnats d’Europe qui devraient finalement se dérouler à Dublin. Les 8 paires susceptibles d’être retenues intègrent tant bien que mal dans leur arsenal les enchères modernes et agressives proposées par le coach Martens et vont s’aguerrir hors des frontières. A Londres, pour le TGR, tournoi « aux enchères » prévu dans le planning, aucune des 8 paires n’avait fait le déplacement. En revanche, en Islande plus récemment, les 6 paires non concernées par la phase finale de la DN1, étaient là, regroupées en 3 équipes (bleue, rouge et verte, pour une libre interprétation des couleurs nationales?) et s’y sont honorablement comportées, dans un champ assez hétérogène de 78 équipes. Déjà, toutes les 6 ont été positives au Butler.
Sur le site, quelques aménagements à signaler, en particulier un article de fond sur les ouvertures (cf. TECHNIQUE – ARTICLES). Dans la rubrique A TABLE, on en est maintenant à 13 problèmes de jeu de la carte. Enfin, pour qui ne le saurait pas encore ou ne se serait pas encore plongé dans sa lecture envoutante, ne pas oublier le livre à ne pas manquer, Le tour de la table en 80 donnes véritable orgie de problèmes avec le mort ou en flanc. Détails accessibles par ce lien.

Publicités