Voilà, c’était aujourd’hui lundi et la phase finale de la Sélection française pour les Championnats d’Europe 2012 vient de commencer. Une première journée de passée et il n’en reste plus que 4. Tout le monde était là à l’heure pour embaucher. Enfin, en tenant compte des désistements qui avaient déjà permis de repêcher 2 paires qui s’étaient crues éliminées. L’une, parce que l’Education Nationale n’admettait pas que les vacances de Toussaint puissent se dédoubler, l’autre parce qu’elle avait eu le malheur de remporter le titre de Champions du Monde Sénior et qu’elle ne pouvait pas courir tous les lièvres à la fois. Ambiance feutrée pour cette épreuve: 8 tables éparpillées pour une fois dans une grande salle, presque plus d’arbitres, organisateurs, techniciens BBO et superviseurs que de joueurs, quelques rares spectateurs qui passaient par là. Le sélectionneur Krysztof Martens qui est arrivé peu après le début pour observer ses futures ouailles, avait juste eu le temps de faire le voyage en provenance de Madère où il vaquait la semaine dernière à d’autres occupations professionnelles.

L’une des paires favorites (Bompis-Quantin) a déjà creusé un petit trou et je peux en parler en connaissance de cause: sur les 16 dernières donnes de la journée, ils ont relégué ma paire à l’autre extrémité du classement en nous grignotant consciencieusement des points sur chaque donne, donnant l’impression de ne pas pouvoir se tromper. Mais il faut se dire qu’il reste encore une longue route.

Une donne amusante, qui n’a pas fait d’écart mais aurait pu:

Ouest, malgré son Texas n’a pas réussi a faire jouer le coup à son  partenaire. Il reçoit l’entame coeur et coupe le 3e tour. Il va au mort à trèfle pour faire l’impasse pique avec un succès mitigé: dame placée mais trop longue. Il tire un 2e tour d’atout, continue par roi de trèfle et trèfle coupé. A ce stade, il peut gagner à coup sûr: il n’a plus qu’à jouer roi de pique et pique pour obliger Sud à commettre un squeeze fratricide en jouant son 4e coeur qui oblige Nord à sécher son roi de carreau; cela éviterait au déclarant à se demander si ce roi est placé ou sec en Sud. Et même si c’était Sud qui avait le dernier trèfle, cela voudrait dire qu’il n’aurait aucun carreau. Mon adversaire s’est contenté de faire l’impasse carreau à 4 cartes de la fin: 10 levées comme tout le monde.

Publicités