Après 2 week-ends intenses de Sélection, une finale d’Interclub et avant le début de la DN par 4 et aussi quelques tours de Coupe de France, compétitions qui mobilisent souvent les mêmes joueurs, on commence à faire le décompte de ceux qui tiennent encore à peu près debout.
L’Interclub, comme prévu, est revenu aux niçois (ou monégasques, on s’y perd un peu avec la géographie) qui évoluaient à une altitude à laquelle personne d’autre ne pouvait accéder.
La phase à 28 de la Sélection, de nouveau disputée dans le cocon de Marcoussis, a continué dans la lignée du tour précédent, c’est à dire beaucoup de surprises et les 14 paires rescapées qui rejoindront les 2 exemptées pour la phase finale, sont un curieux amalgame d’anciens joueurs sur le retour et de jeunots qui essaient tant bien que mal de s’aguerrir.
Puisqu’on ne parlera plus d’eux, pour cette saison en tout cas, je citerai ceux qui sont incompréhensiblement sortis de la route: on attendait mieux en effet de ces valeurs sûres: Harari-Doussot, Gaviard-Sebbane, Dechelette-Combescure, Oursel-Duguet, Legras-Chesny, mais ils ont rejoint les illustres victimes du tour précédent au cimetière des éléphants. Et que dire de Stretz-Meyer, confortablement en tête de leur ligne dimanche sur le coup de midi après 11 matchs sur 14, disposant encore d’une large marge de sécurité à une dizaine de donnes de la fin, mais qui se sont brutalement effondrés, peut-être victimes d’une hypoglycémie, et ont fini par passer à la trappe?
Tiens, juste une donne banale, caractéritique de l’uniformité (ou du panurgisme) des participants: donne 13 du match 10. Avec en NS
AV54             10832
V953             D74
AD9              1083
A9                R74

le contrat a été de 1SA aux 14 tables, les déclarants ont réalisé entre 4 et 6 levées et je doute que qui que ce soit se soit ému de ne pouvoir atteindre le contrat de 2P.

Le spectacle continue: ça va repartir très fort en novembre: aboutissement de la Sélection pour les 16 survivants avec au menu 240 donnes en 5 jours de semaine, coincés entre un week-end de zone de Coupe de France générant souvent de longs déplacements, et le dernier week-end de DN. Restera-t-il alors des stakanovistes pour sauter dans un avion pour Seattle, hôte d’un « National » US juste après?

Un nouveau problème de cartes (n°5) attend les amateurs à la rubrique « A TABLE ».

Publicités